jeudi 1 mai 2014

Soins de corps


A ses genoux,
Il a soulevé la jambe pour retirer la chaussure,
Un pied puis l’autre
A chaque fois, sa main caresse la cheville dénudée,
Avant de le laisser reposer au sol,
Le zip de la robe glisse dans son dos,
Les mains dégagent les épaules,
Accompagnent la descente le long des bras,
Avant de la  laisser choir par terre,
Te faisant Eve en pleine lumière.
Avec le cordon de chanvre
Il lie tes mains
Et t’emmène sous la douche
Dans le crocher sur le mur,
Il passe la corde,
Forçant tes mains au-dessus de la tête
Sur tes yeux glisse le bandeau
Te laissant pendue et offerte.
Suppliciée en attente d’exécution,
Tu sens ton bourreau tout contre toi,
Devinant les gestes du préparatif.
La première eau gicle glacée,
Comme un coup de fouet sur ta peau,
Puis progressivement se fait douce et tiède.
Le jet se promène sur ton corps.
En lents mouvements oscillants,
Possédée des pieds à la tête,
De tes seins au mont Venus,
Doux et entêtant
Le ballet de l’eau se fait caresse
Éveillant en toi ces frissons de plaisir.
Avant que de s’interrompre.
Photo Thomas Buchta

La main chaude fait glisser le savon,
Laissant sur ta peau ses senteurs orientales.
Appliquée, enveloppante,
Elle s’amuse de ton corps,
Écartant, soulevant tes seins
Intrusive entre tes cuisses,
Elle n’épargne rien de ton intimité.
Il voulait sculpter ton corps à sa guise,
Alors  c’est avec dextérité,
Qu’il fait glisser la lame sur ta peau,
Grande faucheuse,
Taillant avec précision ta toison
Laissant autour d’une crête bien ciselée,
Les flancs de ton mont venus,
Aussi glabre que la tonsure d’un moine
Rejetés en arrière
Dans l’abandon d’une nuque attendrie
Les doigts se perdent dans tes cheveux
Enduits d’un baume parfumé,
Et malaxent ton crane avec douceur,
T’emportant dans une langueur envoûtante,
Avant qu’une cascade d’eau,
Ne viennent inonder ton visage,
Te laissant à peine trouver ton souffle,
Les seaux d’eau claire versés sur ta tête,
Baptême sans concession,
Qui vient purifier ton corps,
Encore ruisselante.
Il retire le bandeau et décroche la corde
Pour te faire sortir de la douche
Sur tes cheveux, il enroule une serviette
Et tend un grand draps de bain dans lequel il t'enveloppe
Ainsi nichée au creux de ses bras
Tu te laisses pénétrer par la chaleur de son corps
Quand le souffle de sa voix à ton oreille
Te murmure ses mots tendres,
Qui font de toi….

…Sa possession!

9 commentaires:

  1. Jeux d' eau
    Jeux de mains
    Jeux de caresses
    Jeux de pouvoir
    Jeux de rôles
    Jouons......Monsieur à votre Jeu d'Ô.....

    RépondreSupprimer
  2. Ôh ! J' en connais Quelculne qui s'offrirait à LUi
    Pomme Abricot,
    Corps et âme pour la moitié de ces mÔts <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seulement pour la moitié?...Mô laquelle madame? :)

      Supprimer
    2. Mets :-) la meilleure ! Ô Prince des valets :
      Celle qui dit《 Oui 》, celle qui sourit ;◇)

      Supprimer
    3. Alors profitons des sourires malicieux et des regards émus pour savourer un moment délicieux.... :)

      Supprimer
  3. Suavités sensuelles... et délices mouillés
    Jolie balade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délices et prémices aux accords majeurs...:)

      Supprimer

N'hésitez pas à me faire par de vos réactions!
( aucun lien ne sera admis )