jeudi 5 mars 2015

Résistance


Parce qu’inattendue,
Lui, si souvent imprévisible.
Parce que voyou,
Il est prêt à toutes les audaces,
Parce que sans lui,
Tu n’es plus qu’une ombre.
Parce que même quand tu le chevauches,
C’est toujours lui qui te possède,
Parce qu’il commande si bien à tes plaisirs,
Qu'il sait en révéler les secrets.

Parce que derrière ce sourire ravageur,
Sa demande sonne comme un ultimatum.
Car entre la douleur rougeoyante,
 D'une opposition de principe,
Ou la douceur de l’abandon,
Ton choix, tu le sais,
Même s’il est difficile à admettre,
Restera source de plaisir.
Maintenant, tu le sais,
Il te faut prendre une décision,
Incapable de t’opposer plus longtemps,
Esclave de ce rythme entêtant,
Lent et profond va-et-vient,
A la douceur impérative de ce sexe érigé,
Qui implacable enflamme ton corps,
Et fait tomber une à une,
Tes dernières résistances.

Alors, au bord de l’embrasement,
Tu signes les termes de ta reddition,
En prononçant à son oreille,
Les mots qu’il exige de toi.
Et attend son accord,
Quand il joue tyran,
De sa délicieuse emprise,
Avant de t'autoriser
A t'enflammer à en perdre les sens,
Et l’inonder de ton plaisir fontaine.

« Est-ce que je peux jouir ? »

8 commentaires:

  1. Ces "autorisations" n'en sont que plus plaisirs Monsieur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accepter l'abandon est bien souvent récompensé par l'intensité du ressenti. Savourez Madame !

      Supprimer
  2. Rien ne résiste aux bruits des sentiments ..se soumettre à la question est toujours un plaisir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question parfois est la bonne réponse! :)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Tendres? Toujours même dans la sanction...

      Supprimer
  4. C'est joliment bien écrit. :)

    Lilli'eska

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me faire par de vos réactions!
( aucun lien ne sera admis )