mardi 23 août 2016

Frustration


Voir tes lèvres ainsi privées,
Bouche brûlante de désir,
Langue interdite,
De pouvoir se lier,
Dans un balai langoureux,
A son alter ego, qui impertinente,
Vient titiller la commissure de tes lèvres.

Non, tu n’as pas prévu,
De rester ainsi bouche bée,
Incapable de retenir,
Dans le souffle de tes gémissements
Ce filet de salive qui coule
Entre tes lèvres disjointes,
Telle une chienne à l’abreuvoir,
Quand les doigts implacables,
Te fouillent sans ménagement.

Photo Tibor Arva Photography
D'évidence, tu n’as pas prévu non plus,
De ne pouvoir prendre
Dans ta bouche gourmande,
Ce sexe turgescent de désir,
Ou ces couilles chaudes et gonflées de désir,
Qui se frottent à ton visage,
Et dont les senteurs mâles ont le parfum,
D'une implacable torture.

Comment imaginer,
Etre privée de ta récompense,
De ce précieux nectar,
Relief d’une mâle jouissance exultée,
Qui gicle bouillante à ta face,
Sans que la moindre goutte,
Ne vienne enflammer ton palais.

Et que dire de ces cris,
De douleurs et de plaisirs mêlés,
Qui restent étouffés au fond de ta gorge,
Et que personne ne semble entendre,
Ce que ton corps exulte,
Et veut faire savoir avec force au monde.

Non, tu n'oublieras pas les frustrations,
Par ce mors imposées,
Toi qui ouvre ta mâchoire,
Pour accepter cette entrave.
Elle possédera encore longtemps ta bouche,
Mais tu sais aussi qu'à cet instant,
En faisant le choix de l'accepter,
Tu deviens toujours un peu plus…
…Sienne!









1 commentaire:

  1. Et j'espère qu'elle a encore en bouche le goût de ce mors....

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me faire par de vos réactions!
( aucun lien ne sera admis )