samedi 3 août 2013

Orage d'été




Nuit d'été,
Chaleur moite
Le vent qui grossit,
Fait bruisser les feuilles.
Sur le plancher de la terrasse,
Encore chaud d'une journée canicule,
Les premières gouttes s'évaporent.
Les éclairs zèbrent la nuit noire,
Le tonnerre déchire le silence,

Derrière un simple rideau,
Dans l’obscurité de la chambre,
Les corps enfiévrés se retrouvent,
Défaire le superflu,
Retourner à l’essentiel,
Reprendre la direction,
Posséder pour apaiser,
S’abandonner pour oublier,
Soumettre pour s’aimer.
A mes pieds,
Petit animal docile au collier noir,
Ombres serpentant sur ta peau,
Perlée de sueur,
Suivre le creux de ton dos,
Retrouver la courbure postérieure,
Scintillement de la chaîne,
Qui vient mordre tes fesses,
Et glacer tes reins.

Mes doigts inquisiteurs,
Fouillent ta croupe sans pudeur,
Se plantent dans ton petit anneau.
Mon sexe lourd appelle tes faveurs,
Dresse-le comme je te veux,
Lèche mes couilles,
Chienne de mes audaces,
Servante de mon plaisir.
Fais de moi ton colosse.


Les rideaux volent,
Dans le tumulte des éléments,
Les éclairs stroboscopes illumine la scène,
Au rythme des soubresauts de la nature.
Les corps réunis,
Fraîcheur du métal autour de mon pieu érigé,
Contraste avec la chaleur de ton fourreau,
Ta silhouette qui me chevauche,
Pointes de tes seins,
Dans l’étau de mes doigts
Danse  satanique,
Orgasmique.

Abandon des corps épuisés de plaisir,
Sur la couche,
Les corps nus enlacés,
Se voilent d'un drap protecteur.
Dehors, la tempête est passée.
Il est temps de s’abandonner,
Aux délices de Morphée,
Dors petite chienne,
Au creux des ma main,
Je garde …

….Ta chaîne !

6 commentaires:

  1. Quel beau sommeil après l'éveil ..
    Comblée et lianée , en-chainée pour mieux voler dans les merveilles d'un arc en ciel sensoriel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @In Amore e Mente:
      Une belle nuit en effet!

      Supprimer
  2. Un sommeil d'abandon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme:
      Un abandon avant la sérénité

      Supprimer
  3. Les Images remplaceraient-elles les mots. J’en doute, mais ce que je pense, en les regardants, laissent la liberté mes fantasmes, de galoper dans le dessert de mon imagination…Admiration. Guy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Guy:
      Si cette composition vous fait ainsi réagir, c'est que votre imagination est loin d'être ce desert que vous évoquez.
      Merci pour vos mots

      Supprimer

N'hésitez pas à me faire par de vos réactions!
( aucun lien ne sera admis )