dimanche 3 janvier 2016

Livrée


Elle est là sur ce lit immaculé.
Les yeux ceints par un bandeau,
Les mains attachées dans le dos,
Son corps dans la plus simple nudité,
Baigné par la lumière crue,
Les épaules enfoncées dans l’oreiller,
Le cul dressé vers le ciel.

Chienne,
Elle sait son indécence,
Impuissante à se dérober,
Dans le doute des mots énigmatiques,
Elle vibre de se livrer ainsi sans retenue,
Elle attend sa venue,
Impatiente d’être sienne,
Certaine de lui appartenir.

En arrivant dans la chambre,
Elle avait trouvé posés sur le lit,
Le foulard et les menottes,
Et ce petit mot manuscrit,
«  Sur le lit, attends en silence ton visiteur,
Comme je t’espère et sans artifice… ».

Alors consciencieusement,
 elle se déshabille,
En douceur, avec élégance,
Comme s’il était déjà là pour l’observer,
Comme si ses mains étaient déjà à la manœuvre,
Irradiant sa peau de leur chaleur.
Comme indiqué sur les instructions,
Elle s’agenouille sur le bord du lit,
Pour être sûr d’être accessible,
Prenant soin de se mettre dos à la porte,
Afin d'être visible dès le premier regard.

Le bandeau bien ajusté sur ces yeux,
La plonge dans l’obscurité,
Le cliquetis des menottes,
Qu'elle referme sur ses poignets.
Scellant son sort dans un frison d'audace,
Comme elle bascule son buste vers l’oreiller,
Elle s’offre à son destin.

Combien de temps à attendre,
Elle ne le sait pas.
Mais chaque seconde s’égrène impatiente,
Espérant à chaque instant,
Des bruits étouffés du couloir.
L’air frais de la chambre,
Caresse insidieusement l’humide concupiscence,
Qui suinte de ses lèvres écartées,

Son esprit appelle,
La douceur de sa main,
Sur ses fesses, sur ses seins,
La raideur de sa virilité conquérante,
Qu’elle espère pénétrante,
Alors, quand la porte s’ouvre enfin,
Elle ne sait retenir cette onde glacée,
Qui serpente entre ses reins.
Elle espère un mot.
Elle n’obtient que les bruits feutrés,
Des pas sur la moquette,
De cette veste qui glisse des épaules,
De cette chaise derrière elle qui s'écrase.

Elle se sait observée,
Plus mal à l’aise encore,
Elle ne sait refréner,
Ni ce mouvement ondulant des reins,
Ni cette moiteur qui bave entre ses cuisses.

Dans cette odieusement indécence,
Elle appelle un geste, 
Une parole apaisante, 
Une caresse délicate, 
La surprise d'une pénétration, 
Même la brûlure d'une claque.
Elle voudrait crier son désir de lui,
Sentir son plaisir quand il la possède,
Entendre ses rugissements mâles, 
Bouillir de ce foutre,
Jaillissant au fond de son ventre.
Elle veut être ce cadeau,
Ce corps qu’elle offre,
Pure objet de plaisir,
Possession exclusive.

Alors quand enfin elle sent ce doigt,
Qui ramasse une goutte de cyprine,
Sur ses lèvres gorgées de désir,
Et qu’elle entend ses premiers mots,
Elle ressent un sentiment d'allégresse.
Elle écarte ses genoux,
Pour s'ouvrir plus encore,
Comme pour mieux l’accueillir.
« Tu as envie d’être baisée ma jolie?»...
« Oui, Monsieur ! … »

10 commentaires:

  1. Un texte toujours plus vivant que les autres.. Cette jolie dans cette indécence presque audacieuse est un régal
    Cela donne envie de le vivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut savoir écouter ses envies Lara. -)

      Supprimer
  2. Des sens délivrés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et qui transportent celle qui sait s'abandonner!

      Supprimer
  3. Que j'aime ces instants d'observation, ou l’œil caresse les courbes offertes, le temps s’arrête, les odeurs se révèlent, le silence au rythme des cœurs qui s'emballent

    RépondreSupprimer
  4. « Tu as envie d’être baisée ma jolie?»...
    Après cette lecture... la réponse est OUI !
    Caty

    RépondreSupprimer
  5. Tendre souvenir si lointain ...

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me faire par de vos réactions!
( aucun lien ne sera admis )