mercredi 23 décembre 2020

L'appel des cordes

 

Viens!
Elles sont pour toi.


Touche-les!
Bientôt elles seront sur ta peau,
Interdiront tes mouvements,
Contraindront ta fougue,
Eteindront tes rancœurs,
Pour retrouver cette paix,
Sérénité de l'esprit.

Reçoit les!
Accepte en confiance,
Ce chanvre noué,
Des mains de cet artisan,
Tisserant de ton abandon
Suzerain de ton corps,
Maître de ton âme.


Ressent-les
Il est temps maintenant, 
De me mettre à l'ouvrage
Donne-moi tes poignets,
Ressent l'étreinte de la corde
Qui se liane mètre après mètre,
Et s'imprime sur ta peau.

Accepte-les!
Chaque boucle  est une contrainte,
Chaque nœud est un renoncement,
Supporte la chaleur des frottements,
Les vibrations de ces tensions 
Qui t'emprisonnent
Tu n'es plus que conscience

Hume-les!
Respire ce parfum enivrant,
Qui s'imprègne à ta peau,
Et s'empare de ton esprit
Tu n'es plus qu'esprit
Quand le corps sublimé s'envole
Volute évanescente.

Oui Viens ...

 ... Elles t'attendent!

vendredi 20 novembre 2020

Parfum


 Retire-la!

Oui, maintenant!

Non, personne ne te regarde.
Fais-le!

Oses ce premier mouvement,
Parce que je le veux,
Parce que l'indécence te va bien.

Lentement,
Pousse-la sur tes cuisses
Accompagne là au-delà de tes genoux
Fais la glisser le long de tes mollets.

Calmement,
Soulève une jambe pour te dégager
Du bout des doigts,
Rattrape-la sur l'autre pied,
Roule-la au creux de ta main.

Audacieuse,
Pose-la sur la table,
Repousse la vers ma main,
Ne te cache pas,
Sois fière d'être mienne.

Ne quitte pas mon regard
Dans ma main,
Encore chaude et moite,
Et quand je la hume,
Ce délicieux parfum de stupre,
Qui me fait te désirer un peu plus.

Ce soir assurément,
Dans ce restaurant,
Anonyme au milieu des convives,
Et pourtant à mes yeux,
Délicieusement lubrique,
Je suis fier que tu saches
Etre ...


... Ma petite pute !

dimanche 15 novembre 2020

Redescente

 Laisse-toi aller,
Quand tu as tout donné,
Au sortir de l'épreuve,
Revenir d'un autre univers,
Plein de sensations entières,
Quand tout se relâche,
Ne retiens rien.
Donne-toi sans retenue...

...Je suis là!


vendredi 13 novembre 2020

Confinés

Respiration,
Dans ces moments étouffés,
Je veux insuffler en toi,
Ces pensées de nous,
Qui m'inspirent au quotidien.

Laisse vagabonder ton esprit,
Abandonne toi au désir,
Partage-moi tes pensées lubriques,
Offre-moi les jouissances de ton corps.

Séparés et pourtant ensembles,
Au temps des retrouvailles
Il sera doux de sentir,
La chaleur de ta peau
Le parfum de lustre,
A pleins poumons.

Retrouver ton collier,
L'odeur du chanvre,
La morsure du cuir,
Soumise au plaisir,
Nous... 

Encore!

jeudi 12 novembre 2020

La 9ème porte

 

Photo Psganarel

Au sortir du village
Sous le porche de la porte Sud
Il y a un point de vue remarquable
Sur un horizon généreux
Fait de monts et de vallées,
Forêts touffue et prairies verdoyantes.
Appel au vagabondage de l'esprit,
A la nonchalance du corps.

Sous le soleil généreux, 
Se libérer des conventions,
Couchés dans l'herbe,
Se butiner comme on aime le miel,
S'effeuiller comme on joue avec les marguerites,
Pour laisser le soleil irradier notre peau,
Pour que nos esprits s''échauffent.

Tu es belle,
En tenue d'Eve,
Ta peau au teint de pêche,
A ce goût sucré d'un fruit d'été
Chaude comme la braise,
Tu m'enflammes.

Viens, 
Viens, doucement,
C'est le temps de l'été,
Cueillons les fruits défendus.

Viens,
Là devant moi,
M'éblouir dans le soleil,
Lumière divine.

Viens
Je te désire,
J'ai faim de toi,
Je veux te dévorer,
Indécente.

Viens
Pour mon plaisir,
Oui, diablesse,
Viens sur moi ...
...Empale-toi!

mardi 10 novembre 2020

A la plage

Sur la plage abandonnée,
Coquillages et crustacés
Petite chienne déconfinée,
Retrouves sa liberté,


Debout sur la dune,
En tenue d’Eve
Le sable soulevé par le vent,
Cingle ta peau
Comme mille lanières de cuir.


A plat ventre 
Le corps s’imprime dans le sable chaud 
Coquillage moulé à tes formes
Comme la main du maître,
Vient te posséder


Crucifiée au sol,
Livrée à ces petits crabes des sables
Qui viennent se promener et te goûter
Comme ses doigts inquisiteurs
Aiment à te pincer.


Sur la plage abandonnée,
Sable, coquillages et crustacés,
N'annoncent que le fin de l'été.
Petite chienne ensablée,
Il est temps de lui appartenir…


...Encore!


samedi 6 juin 2020